Mission et historique

Mission

Revendiquer plus pour enseigner mieux

À titre de syndicat professionnel, l’Alliance regroupe les enseignantes et les enseignants des écoles publiques primaires et secondaires et des centres d’éducation des adultes et de formation professionnelle de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) ainsi que le personnel de l’École Peter Hall et du Centre Académique Fournier, qui offrent des services aux élèves handicapés ou en grande difficulté d’apprentissage et de comportement.

Les établissements de la CSDM sont majoritairement situés en milieu défavorisé économiquement et les écoles, comme les centres d’enseignement, s’inscrivent dans un contexte de diversité sociale, culturelle, linguistique et religieuse.

Afin de pouvoir offrir à tous les élèves des chances égales de s’instruire et de développer leur plein potentiel, les écoles publiques doivent d’abord être des milieux sains et disposer de ressources suffisantes. Les enseignantes et enseignants doivent aussi jouir de l’autonomie professionnelle ainsi que des conditions d’enseignement adéquates. Les conditions de travail des profs sont garantes des conditions d’apprentissage des élèves.

C’est dans cette perspective que l’Alliance revendique, pour ses membres, comme pour les élèves, des conditions d’enseignement et d’apprentissage adéquates, une reconnaissance tangible et équitable de leur travail et une distribution juste des tâches.

Les profs doivent avoir le soutien administratif et bénéficier de l’appréciation de leur travail dans la communauté. Ils doivent surtout pouvoir compter sur l’appui de la population et, au premier chef, des parents de leurs élèves.

Historique

L’Alliance, 100 ans d’histoire en 2019

En 1919, des directeurs d’écoles de Montréal mettent sur pied une association professionnelle pour les enseignants de la Commission des écoles catholiques de Montréal (CECM) et ils la nomment Alliance catholique des professeurs de Montréal de façon à contrer la naissance de l’Association du Bien-être des instituteurs catholiques de Montréal, instituée le 10 octobre de la même année par quelque 500 instituteurs et institutrices insatisfaits de leurs conditions de travail.

L’acte de fondation stipule que l’Alliance visait alors à grouper tous les professeurs, instituteurs et institutrices qui tiennent à l’honneur de leur profession et qui condamnent et réprouvent tout acte d’insubordination comme contraire à leur engagement et à leur dignité. C’est l’Alliance d’allégeance patronale qui a finalement gagné la partie et qui s’est imposée pendant une quinzaine d’années comme organisme de représentation des enseignants et des enseignantes de la CECM, malgré les efforts de plusieurs pour bâtir un véritable syndicat. Ce nom allait donc s’imposer pour la suite de l’histoire.

Un mouvement provincial

En 1936, une jeune institutrice rurale, Laure Gaudreault, fonde, avec ses collègues de la région de Charlevoix, le premier syndicat d’institutrices pour obtenir la parité salariale avec les hommes. Cette initiative donnera le coup d’envoi du mouvement de syndicalisation de la profession dans l’ensemble du Québec.

Se forment alors des fédérations d’enseignants et d’enseignantes. D’abord, celle des instituteurs et institutrices des cités et villes à laquelle adhère l’Alliance, suivie par la Fédération catholique des institutrices rurales en 1937 et par la Fédération provinciale des instituteurs ruraux en 1939.

C’est aussi en 1939, sous la présidence de Fernand Lavigne, que l’Alliance, reprise en main par ses membres, affirme enfin véritablement son caractère syndical en revendiquant de meilleurs salaires pour aider les membres à sortir de la crise économique. Ce n’est toutefois qu’en 1944, alors que Léo Guindon a succédé à Fernand Lavigne, que l’Alliance est reconnue comme syndicat professionnel en vertu de la Loi sur les syndicats professionnels du Québec, adoptée cette même année en même temps que le gouvernement Godbout abolit le droit de grève dans le secteur public.

Dès l’année suivante, la Corporation des instituteurs et institutrices catholiques (CIC) est fondée de la fusion des trois fédérations d’instituteurs et d’institutrices. La CIC deviendra la Corporation des enseignants du Québec en 1967, puis la Centrale de l’enseignement du Québec en 1974 et enfin la Centrale des syndicats du Québec en 2000. Et c’est le président de l’Alliance de l’époque, M. Léo Guindon, qui, le premier, en assuma la présidence de la CIC.

Une page de l’Histoire du Québec

L’Alliance vivra ensuite dix années de luttes contre la Commission des écoles catholiques de Montréal (CECM) et le gouvernement provincial dirigé par Maurice Duplessis. Le conflit éclate avec la grève de 1949 qui entraîne la révocation du certificat d’accréditation syndicale obtenu en 1944. Pour souligner le 60eanniversaire de cette grève historique, l’Alliance a présenté, lors de son 18e colloque, une exposition de 14 tableaux relatant les faits marquants de cette grève et des batailles juridiques qui suivirent. L’Alliance ne gagnera sa cause qu’en avril 1954 par un recours au Conseil privé de Londres, mais ne retrouvera son accréditation syndicale que cinq ans plus tard, à la suite du décès de Maurice Duplessis et du souhait exprimé par son successeur Paul Sauvé que Léo Guindon quitte la présidence. Cette crise aura provoqué, entre temps, bien des déchirements internes et marqué l’Histoire du Québec, tout comme la grève de l’amiante.

L’histoire de l’Alliance continue de s’inscrire en parallèle de celle du Québec moderne. La Révolution tranquille des années 60 incite l’Alliance, comme les autres organisations syndicales, à pratiquer un syndicalisme plus axé sur des aspirations sociopolitiques.

Sans délaisser alors les préoccupations professionnelles de ses membres, l’Alliance est engagée dans des luttes sociales pour la démocratisation du système scolaire et l’équité sociale. On établit ensuite, au cours des années 70, des solidarités avec des syndicats du transport, avec ceux des fonctionnaires et avec des groupes de citoyennes et citoyens aussi bien qu’avec des groupes de défense des droits des femmes. C’est ainsi que l’Alliance soutient la formation du Rassemblement des citoyens de Montréal (RCM), le développement des coopératives d’alimentation (Cooprix) et fonde, avec d’autres organismes, le Mouvement Québec français (MQF).

Une tradition de luttes

La crise des finances publiques, au début des années 80, ayant entraîné des coupes salariales massives ainsi que dans les services d’éducation et les autres services publics, l’action syndicale se concentre sur le maintien des acquis sociaux et la consolidation de solidarités sociales et intersyndicales pour contrer le désengagement de l’État.

Les préjugés favorables qu’entretenaient réciproquement jusqu’alors le mouvement syndical et le gouvernement souverainiste de profil social-démocrate se sont transformés en confrontation avec le décret qui impose, en 1982, une diminution des salaires des enseignants et des enseignantes de 20%. Les tentatives de réduire à zéro le déficit de l’État durant les années 90 et l’intégration massive des élèves en difficulté sur fond de réforme scolaire depuis le début des années 2000, de même qu’un règlement insatisfaisant en matière d’équité salariale ont provoqué une véritable crise à l’intérieur du mouvement syndical enseignant qui opposait les dirigeants favorables aux gains défensifs aux autres, plus combatifs.

Ainsi, neuf syndicats dissidents des positions prises par la Fédération des syndicats de l’enseignement ont décidé, à l’issue des négociations nationales de 2005, de lancer une campagne de désaffiliation de la Centrale des syndicats du Québec. Le 7 juin 2006, les neuf syndicats ont obtenu la majorité absolue requise par referendum pour la désaffiliation pavant la voie à la fondation d’une fédération syndicale autonome distincte, mettant ainsi fin à un demi-siècle de monopole syndical pour les enseignants et enseignantes des commissions scolaires.

La nouvelle Fédération autonome de l’enseignement (FAE) a tenu son premier Congrès de fondation au terme d’une première année de fonctionnement durant laquelle six des neuf syndicats la composant ont vu leur démarche de désaffiliation de la CSQ contestée par cette centrale. Cette aventure n’a pas ébranlé la solidarité établie de longue date par l’Alliance avec les divers groupes syndicaux, populaires et communautaires de Montréal et, au-delà de notre région, de l’ensemble du Québec.

À ce jour, la FAE a négocié deux nouvelles conventions collectives au bénéfice des quelque 30 000 membres de ses huit syndicats affiliés (deux des syndicats fondateurs ont fusionné). Fidèles à sa tradition de syndicalisme de combat, les membres de l’Alliance ont mené la lutte sur deux fronts de 2014 à 2017 pour contrer les mesures d’austérité du gouvernement Couillard et le programme de retour à l’équilibre budgétaires de la CSDM qui ont provoqué des coupes de postes et réduit considérablement les services offerts aux élèves, à la population et au personnel. Ces compressions budgétaires ont eu l’effet de consolider en un front plus uni que jamais l’Intersyndicale-CSDM, composée des cinq syndicats représentant les 16 000 membres du personnel de la CSDM.