Consultations et sondages

Rétroaction

Éducation à la sexualité

Le Conseil fédératif de la FAE s’est penché la semaine dernière sur l’implantation de l’éducation à la sexualité.

Lors de cette instance, les délégations des syndicats affiliés à la FAE ont adopté les résolutions suivantes :

  • Considérant les positions adoptées par la FAE dans le dossier des contenus en éducation à la sexualité depuis 2015;
  • Considérant le caractère obligatoire de l’intégration des contenus en question, mais non obligatoire de leur prise en charge par le personnel enseignant;
  • Considérant la décision du ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, d’imposer l’intégration dans les services éducatifs dispensés aux élèves via l’article 461 de la LIP des contenus obligatoires en éducation à la sexualité de la 1re année du primaire à la 5e secondaire en 2018-2019;
  • Considérant qu’il revient au personnel enseignant seulement d’élaborer avec la direction la proposition qui sera présentée au Conseil d’établissement afin qu’il approuve les conditions et les modalités de l’intégration dans les services éducatifs (incluant conséquemment les services complémentaires) des contenus prescrits;
  • Considérant le bilan désastreux de la 1re année d’expérimentation des projets pilotes et l’absence de bilan du MEES de la seconde année de ceux-ci;
  • Considérant la tâche du personnel enseignant déjà trop lourde et le temps d’enseignement déjà insuffisant pour couvrir l’ensemble du curriculum;
  • Considérant les imprécisions et les contradictions actuelles au sujet de la disponibilité des formations, du matériel et des ressources professionnelles et de soutien;

Le Conseil fédératif de la FAE a résolu lors de sa réunion du vendredi 21 septembre d’inviter l’ensemble des équipes enseignantes à exiger que la dispensation des contenus obligatoires en éducation à la sexualité soit effectuée par les personnels professionnels et de soutien qualifiés se trouvant dans la liste des services complémentaires prévus au Régime pédagogique.

Le CF dénonce toutes tentatives d’imposition à des enseignantes et enseignants pour la prise en charge de contenus obligatoires en éducation à la sexualité.