Communiqués

Pour le bien de l’école publique montréalaise

(Montréal, le 18 décembre 2014) – L’Alliance des professeures et professeurs de Montréal a réclamé aujourd’hui au premier ministre Philippe Couillard, la démission de son ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), monsieur Yves Bolduc.

Depuis son entrée en fonction en avril dernier, le ministre Bolduc ne cesse de dire à qui veut l’entendre que « l’école publique québécoise est la meilleure au monde! » Malgré son affirmation, ses actions des six derniers mois n’ont eu pour effet que de fragiliser le réseau des écoles publiques, des centres de formation professionnelle et d’éducation des adultes. « Jamais il ne joint le geste à la parole. Au contraire, il multiplie les bourdes et les projets dévastateurs nuisant au maintien de la qualité des services offerts à l’école publique. Le premier ministre doit réagir et confier la responsabilité du MELS à quelqu’un d’autre avant que le Dr Bolduc ne fasse encore plus de dommages », d’affirmer madame Catherine Renaud, présidente de l’Alliance des professeures et professeurs de Montréal.

L’Assemblée des personnes déléguées de l’Alliance a résolu la semaine dernière de réclamer la démission du ministre Bolduc sur la base d’une longue liste de reproches qui lui sont adressés depuis le début de son mandat à la tête du ministère de l’Éducation :

  • Le ministre Bolduc a accepté de couper 200 M$ dans les transferts vers les commissions scolaires dans son budget portant ainsi à 800 M$ les compressions depuis 2010. Cela malgré les promesses du Parti libéral lors de la dernière campagne électorale à l’effet de préserver les budgets de l’éducation.
  • Le ministre Bolduc a affirmé avec désinvolture que si on coupe dans les achats de livres pour les bibliothèques scolaires « il n’y a pas un enfant qui va mourir de ça et qui va s’empêcher de lire, parce qu’il existe déjà des livres »;
  • Le ministre Bolduc n’a pas encore annoncé la phase 2 du programme Réno?écoles pour financer les travaux des écoles affectées par la moisissure. D’ailleurs, la CSDM compte encore des écoles fermées, complètement ou partiellement, sans avoir de garantie de subvention de la part du ministre;
  • Le ministre Bolduc a imposé 15 M$ de compressions budgétaires à la CSDM en juin et une autre compression de 9 M$ en septembre malgré la volonté claire de tous les acteurs concernés de ne pas toucher aux services aux élèves;
  • Le ministre Bolduc, sans attendre le rapport du vérificateur qu’il a dépêché à la CSDM, propose différents scénarios de redécoupage des territoires des commissions scolaires francophones de l’île de Montréal. Des propositions qui pourraient faire perdre jusqu’au tiers des élèves, 75 établissements et des milliers de membres du personnel de la CSDM. Plusieurs ont pourtant développé une expertise spécifique pour répondre aux besoins des élèves handicapés et en difficulté ainsi que de ceux issus de milieux défavorisés et multiethniques.

« À la veille des Fêtes, les membres du personnel enseignant et non enseignant partent toutes et tous en congé avec une boule dans le ventre. Tout est flou dans les scénarios proposés par le ministre Bolduc. Aucun des projets ne permettra de faire des économies, au contraire. Rien dans tous ses projets ne permettra d’améliorer la réussite de nos élèves, au contraire, l’offre de services sera détériorée pour les élèves de la CSDM. Il n’y a que de la précarité, de l’insécurité et de la désorganisation qui sont actuellement proposées par notre ministre de l’éducation », d’analyser madame Renaud.

« Alors qu’il coupe un bras à l’école publique avec 200 M$ de compressions supplémentaires, il coupe un ongle à l’école privée en supprimant 15 M$ pour le transport. Pour sa méconnaissance du milieu de l’éducation, pour sa décision de protéger l’école privée au détriment de l’école publique, pour son incompréhension et son insensibilité à l’école montréalaise, le ministre Bolduc doit être remplacé dans les plus brefs délais avant que ne s’effondre le système d’écoles publiques. Un réseau bâti brique par brique par le personnel scolaire et les parents d’élèves depuis 50 ans. Monsieur Couillard, offrez aux citoyennes et citoyens du Québec un nouveau ministre de l’Éducation pour 2015! », de conclure la présidente de l’Alliance.

L’Alliance des professeures et professeurs de Montréal représente les quelque 9 000 enseignantes et enseignants des écoles primaires et secondaires ainsi que des centres de formation professionnelle et d’éducation des adultes de la CSDM, de même que le personnel de l’École Peter Hall et du Centre Académique Fournier.