Communiqués

L’Alliance encourage la ministre de l’éducation à maintenir sa position

Moratoire sur l’anglais intensif en 6e année du primaire

L’ALLIANCE ENCOURAGE LA MINISTRE DE L’ÉDUCATION À MAINTENIR SA POSITION

(Montréal, le 12 octobre 2012) – L’Alliance des professeures et professeurs de Montréal accueille favorablement l’orientation de la ministre de l’Éducation, Marie Malavoy, de freiner l’implantation de l’enseignement intensif de l’anglais en 6e année du primaire.

Au moment de l’annonce faite par l’ancien premier ministre Jean Charest, l’Alliance s’était opposée au caractère universel de cette mesure qui obligeait toutes les écoles primaires du Québec à implanter un tel programme. Cette implantation mur à mur ne tenait pas compte de l’impact sur les autres programmes d’études et des effets sur le cheminement des élèves en difficulté.

« L’école publique montréalaise est confrontée quotidiennement aux défis de la francisation et de l’intégration de milliers de néo-Québécois. Dans l’état actuel de la langue commune à Montréal, c’est beaucoup plus un programme d’enseignement intensif du français qu’il faudrait mettre de l’avant », de commenter M. Alain Marois, président de l’Alliance.

L’Alliance des professeures et professeurs de Montréal représente les enseignantes et les enseignants de la CSDM dans quelque 145 écoles primaires et dans les écoles secondaires, les centres d’éducation des adultes et de formation professionnelle, ainsi que le personnel des écoles Peter Hall et du Centre Académique Fournier.